Enseigner avec les intelligences multiples

Dans un monde où l’enfant est confronté à des informations de plus en plus nombreuses. Dans une société où nous courrons de plus en plus, l’enseignement ne semble pas répondre à tous les élèves. La théorie des intelligences multiples proposent de tenir compte du profil de chaque enfant. Il s’agira de proposer des activités répondant aux besoins et aux modes de fonctionnement de l’enfant sans accroître la quantité de travail pour l’enseignant. Réfléchissez avec nous comment on peut mettre en pratique la théorie d’Howard Gardner dans l’enseignement maternelle, primaire et secondaire.

Enseigner en maternelle avec les intelligences multiples

L’enseignement maternel fonctionne déjà naturellement par « intelligences multiples ». Les activités proposées permettent la mobilisation des différentes intelligences. Le travail par îlot permet d’apporter la touche « interpersonnelle » qui est nécessaire à tout apprentissage efficace et plaisant.

 PrésentationEnseigner en maternelle avec les Intelligences Multiples

Pour ce public, il s’agit d’aider l’enfant (et ses parents) à découvrir les 8 types d’intelligences et veiller à un épanouissement dans chacune d’elles. Cela doit se faire sans excès mais avec une confrontation équitable et une proposition d’activités efficaces.

À l’aide de petits personnages tels que les « Octofuns », on va habituer les enfants aux différents profils à travers des images, des histoires, des chansons,…

Cette présentation peut aussi se faire grâce à l’ouvrage de Gélinas et Roussel, Les intelligences multiples dès la maternelle, une autre série de personnages, des histoires, des activités et des outils qui peuvent être aussi très utiles.

Fonctionnement

Dans le quotidien, un enseignement basé sur les intelligences multiples en maternelle nécessite la création d’aires de jeux qui seront accessibles aux élèves deux heures par semaine.

Chaque aire accueille un nombre d’élèves maximum. Un système d’affiches, de photos et de pinces à linge permettra aux enfants d’identifier le nombre de places de libre et d’indiquer qu’ils souhaitent s’y amuser et apprendre.

Ces coins de jeux se développent selon les 8 intelligences mais aussi sous deux formes : activités calmes et d’actions, ces dernières étant plus bruyantes.

Voici quelques coins d’activités imaginables : Coin écriture, coin nature, coin mathématique, coin couture, coin écoute, coin ordinateur, coin lecture, coin casse tête, coin dessin, coin peinture, coin jeux logiques, coin pâte à modeler, coin dossier d’apprentissage, coin instruments de musique, coin menuiserie, coin bricolage, coin maison et théâtre, coin motricité, coin marionnettes, coin figurines, coin jeux de groupe, coin construction avec des blocs en bois ou encore coin jeux de construction.

Dans un premier temps, chaque enfant choisit le type d’activité qu’il veut réaliser et donc l’intelligence à mobiliser ainsi que l’ambiance : calme ou animée. Par la suite, on veillera que l’enseignant passe régulièrement par tous les coins afin de développer toutes les intelligences.

Ce type de fonctionnement nécessite :

  • du matériel diversifié (instruments, matériel de bricolage, jeux,…)
  • des armoires pour ranger le matériel
  • des affiches pour identifier les différentes aires
  • un local approprié au niveau de l’espace ou une collaboration avec une collègue qui permettrait de créer un lieu calme et un lieu d’ambiance ou de se « partager les intelligences » pendant les deux heures

Il peut être intéressant de prévoir des activités de 5 minutes qui pourront être réalisées par l’ensemble du groupe ou par les élèves qui ont terminé leur activité.

Voici un outil qui pourrait vous intéresser pour présenter les intelligences multiples à vos enfants ou à vos élèves.

Enseigner en primaire avec les intelligences multiples

C’est dans l’enseignement primaire qu’une pédagogie basée sur les intelligences multiples va réellement prendre de l’ampleur. Idéalement, le fonctionnement de l’enseignement en maternelle devrait être dupliqué et adapté à l’enseignement primaire.

À côté d’un changement de structure de la classe par aires d’activités, il sera important non seulement de diversifier les activités en fonction des 8 intelligences, mais aussi de sensibiliser les élèves aux outils méthodologiques.

Si le fonctionnement par aires de travail n’est pas possible, il existe deux autres solutions. La première est de constituer des îlots de travail (6 îlots pour une classe de 24 élèves). Cette technique permettra de varier les modalités de cours en s’appuyant entre autres sur l’apprentissage coopératif, la pédagogie inversée et les jeux-cadres de Thiagi. Dans ce cas, l’enseignant devient animateur.

La seconde possibilité est de poursuivre majoritairement un enseignement frontal en veillant à mobiliser l’ensemble des intelligences soit en variant les activités tout au long de la séquence, soit en proposant diverses activités pour découvrir un même point de matière.

Quelques activités pour l’enseignement primaire (enfants de 10-11 ans)

Linguistique :

– Inventer une histoire à partir d’un contexte (un personnage drôle et un lieu)

– Inventer des mots croisés sur un thème précis

– Rédiger un journal de l’école

Logico-mathématique :

– Construire quelque chose avec des pailles et des élastiques

– Construire le château de cartes le plus grand et le plus solide possible

– Construire un pont avec des cure-                                                  dents et de la colle

Visuo-spatiale :

– Écrire son nom et transformer chaque lettre en personnage

– Tracer un trait sur une feuille, échanger à chaque fois la feuille avec un autre élève.

À la fin, le dessin doit faire apparaître un objet, une personne,…

– Dessiner le paysage qui est devant lui et le rendre comique – surréaliste.

Musicale :

– Fabriquer des instruments de musique

– Faire un exposé sur un musicien non-actuel afin de faire découvrir le style musical, le rythme,…

– Composer une chanson sur un thème précis en reprenant une mélodie connue

Kinesthésique :

– Faire jouer les jeunes à des jeux d’habilité

– Former par groupe des sculptures humaines sur des thèmes prédéfinis

– Construire un objet complexe avec des blocs de construction

Intrapersonnelle :

– Créer un mandala personnel

– S’identifier à un personnage connu et justifier son choix

– « Ma vie quand je serai grand… »

Interpersonnelle :

– Organiser des discussions-débat sur un thème controversé

– Rédiger une histoire par groupe

– Organiser la journée de l’entraide scolaire

Naturaliste :

– Inventer un animal à partir de plusieurs réels animaux

– Créer un personnage nature composé uniquement d’éléments tirés de la nature

– Faire un petit herbier avec des feuilles ou des fleurs

Enseigner en secondaire avec les intelligences multiples

Les intelligences multiples apparaissent très doucement dans l’enseignement secondaire. La plupart du temps, elles sont liées à la volonté d’un enseignant au sein de son établissement scolaire. Dans certains pays comme le Canada, la France et la Belgique, la théorie d’Howard Gardner a été prise en compte dans l’élaboration du projet d’établissement.

La théorie de Gardner peut être utilisée au sein d’une classe, d’un établissement ou à domicile dans l’aide aux devoirs. Si les trois niveaux sont intéressants, il est plus efficace de travailler à l’échelle de l’établissement.

Cependant, transformer l’enseignement d’une école dite traditionnelle en un enseignement multiple est difficile. En effet, il faut non seulement des professeurs motivés et compétents, mais aussi des salles de classe aménagées et une culture de l’apprentissage et de l’évaluation différente.

Les atouts

Tout en respectant un cadre fixé par le Ministère de l’éducation, les intelligences multiples apportent de nombreuses solutions aux difficultés rencontrées par les enseignants et les élèves.

Au niveau des professeurs :

  • Cette méthode d’apprentissage est un outil simple à utiliser qui n’ajoute pas spécialement de contraintes supplémentaires qui complexifieraient l’élaboration d’une séquence de cours.
  • Les intelligences multiples donnent la possibilité aux enseignants de diversifier leurs cours.
  • Elles règlent en partie les problèmes de motivation des élèves.

Au niveau des apprenants :

  • Les intelligences multiples accroissent la motivation des élèves en diversifiant les activités pédagogiques et en apportant une solution aux difficultés des élèves.
  • Elles augmentent le plaisir des élèves en mobilisant leurs intelligences dominantes et en les rendant plus actifs au sein du processus d’apprentissage.

Les difficultés

La principale difficulté se situe au niveau de la compétence des enseignants. En effet, pour intégrer les intelligences multiples au sein de son cours, l’enseignant doit pouvoir proposer des activités, des outils qui correspondent à chacune des intelligences.

S’il n’y a aucun problème au niveau des intelligences scolaires (linguistique et logico-mathématique), il n’en va pas de même pour les autres intelligences.

En effet, les activités pour mobiliser l’intelligence visuo-spatiale sont nombreuses mais souvent mal connues par les enseignants (schématisation, mandala, carte mentale, sketchnoting, storytelling,…).

L’intelligence kinesthésique, quant à elle, est souvent mobilisée lors d’une activité visuo-spatiale ou interpersonnelle. Cependant, d’autres outils existent : le théâtre, l’impro, le mime,…

L’intrapersonnel a très peu de place dans le monde scolaire et dans la formation initiale des enseignants. Cependant, les outils sont nombreux : autolouange, ennéagramme, théorie du choix, techniques d’impact, outils de coaching.

En classe, l’intelligence interpersonnelle se limite souvent à des travaux de groupe qui sont occasionnels. Deux outils importants existent pour recourir régulièrement à l’intelligence interpersonnelle : l’apprentissage coopératif et les jeux-cadres de Thiagi. Comme les autres techniques, elles nécessitent une formation des professeurs.

Pour terminer, étant donné que les outils n’existent que très peu, les intelligences environnementales sont plus compliquées à intégrer. La plupart du temps, on se limitera à mettre en place une ambiance de cours constructive et agréable.

Ce qui est déjà fait

À l’heure actuelle, les intelligences multiples sont plus utilisées au Québec. En Belgique et en France, différents formateurs essayent de les intégrer dans les écoles. La plupart du temps, le manque de moyens et le peu de temps de formation ne permettent pas d’avoir un réel impact sur les pratiques de ces établissements.

Des formations existent pour aller plus loin