Définition

Il n’est pas aisé de définit le concept de jeu. On aurait tendance à énoncer qu’il s’agit d’une activité à laquelle on joue.  Ce concept n’est pas plus clair. Un enfant en bas-âge va s’amuser avec le premier objet qui est à sa portée.  Il n’y a pas de règles, il laisse vagabonder sa créativité et le brin de paille se transforme en bâton magique ou en fusée.  En grandissant, il acceptera des partenaires de jeux et arrivera à respecter des règles énoncées par d’autres. Dans tous ses exemples, il essayera consciemment ou non de passer un moment plaisant.  Une activité apportant du plaisir est-elle donc un jeu ? Un enfant aimant faire des calculs mathématiques dans un livre de maths ou en recourant à des dés et des cartes jouent-ils ?

Pour définir le concept de jeu, nous allons nous appuyer sur les écrits de Caillois. Il décrit le jeu comme une activité possédant 6 caractéristiques.

  • « Libre, à laquelle le joueur ne saurait être obligé sans que le jeu perde aussi sa nature de divertissement attirant et joyeux ;
  • Séparée, circonscrite dans les limites de temps d’espace et de temps précises et fixées à l’avance ;
  • Incertaine, dont le déroulement ne saurait être déterminé d’avance, nu le résultat acquis préalablement ;
  • Improductive, ne créant ni bien, ni richesse, ni élément nouveau d’aucune sorte… ;
  • Réglée, soumise à des conventions qui suspendent les lois ordinaires et qui instaurent momentanément une législation nouvelle qui seule compte ;
  • Fictive, accompagnée d’une conscience spécifique de réalité seconde ou de franche irréalité par rapport à la vie courante.  »

Lhote (1996) nous donne une définition un peu différente :

« Les jeux dits de société supposent au moins deux joueurs, des règles réciproques, très souvent l’usage d’instruments, l’organisation de parties comportant un début et une fin, des sanctions par pertes et gains, un caractère reproductible »[1]

[1] LHOTE J.-M., Dictionnaire des jeux de société, Flammarion, 1996, p.6.

Les jeux-cadres ainsi que  les jeux-éducatifs ne peuvent donc être considérés comme de réels jeux. On niveau des serious games, il sera nécessaire d’étudier les exemples. En effet certains sont de jeux éducatifs qui ont été numérisés.