Improvisation

Intelligence interpersonnelleToutes les études le montrent, l’apprentissage en groupe est plus efficace si l’on a appris aux personnes à coopérer efficacement. À l’inverse du monde scolaire, celui des adultes encourage la collaboration, voire oblige la coopération.

L’improvisation est une activité qui mobilise de nombreuses intelligences :

  • Interpersonnelle car elle se joue en groupe.
  • Linguistique car elle demande à chacun des participants, des jouteurs de s’exprimer oralement.
  • Kinesthésique et visuo-spatiale parce qu’elle implique des mouvements de la part des jouteurs, des déplacements des objets imaginaires dans un lieu imaginaire.
  • Intrapersonnel parce qu’elle demande de rentrer dans la peau d’un personnage, d’une émotion.

Cette activité d’expression trouve son origine au Québec en 1977. Robert Gravel qui gouverne le théâtre expérimental de Montréal propose ce type d’expression théâtrale afin de rapprocher le théâtre du public.

Dans le cadre de cet ouvrage, l’objectif n’est pas de situer l’impro par rapport à toutes les règles, les activités, le fonctionnement des matchs,… mais de montrer en quoi elle est une activité favorisant l’écoute, la concentration et la mémorisation.

Dans l’impro, on ne parle jamais de mémorisation mais du travail que chacun des jouteurs va devoir faire sur l’écoute.

Cette « écoute » mobilise principalement la vue (l’observation des jouteurs) et l’ouïe, ainsi que notre mémoire. L’écoute représente l’attention que l’on va porter sur l’ensemble des informations données lors d’une improvisation. Ces informations sont de natures diverses, on peut les avoir sous différentes formes :

  • verbale
  • non verbale
  • de placement d’objet : mimer l’utilisation d’un objet fictif
  • de l’installation d’un lieu

La mémoire de l’improvisateur va être mise à rude épreuve, car lors d’une impro, dans le cadre d’un match ou d’un spectacle, il faut faire attention à beaucoup d’informations en même temps. Il faut faire attention notamment à/au :

  • la construction de l’histoire
  • l’interprétation du personnage
  • la relation des personnages
  • le lieu
  • les objets utilisés
  • les services : personnes qui sont sur le banc pendant le match et qui peuvent rentrer et apporter leur service

La personne possédant le plus d’écoute dans un match est généralement l’arbitre. S’il remarque un problème au niveau de l’écoute, il peut siffler une faute de manque d’écoute aux équipes ou alors de manière plus ciblée.

Utiliser l’impro dans le cadre de l’enseignement avec un but méthodologique, d’apprentissage demande de sélectionner les activités les plus appropriées à la mémorisation et quelques adaptations du processus afin de pouvoir les réaliser avec un groupe de 25.

Jeux coopératifs

Intelligence interpersonnelleLes jeux coopératifs permettent à tous les joueurs de poursuivre un objectif commun. Ce dernier ne peut être atteint que par l’entraide et la solidarité. Le défi proposé oblige la mobilisation et la concertation de chacun des participants. Il ne s’agit pas de gagner sur l’adversaire mais de faire équipe pour gagner ou perdre ensemble. Dans un jeu coopératif, les joueurs trouvent un bénéfice réciproque à aider et à se faire aider.

Très présent dans les classes des enseignements maternelles et primaires, les jeux coopératifs disparaissent par après. Dans le meilleur des cas, certains réapparaissent dans le cadre d’un cours d’éducation physique.

Apprendre à coopérer, à travailler ensemble, à partager ses ressources se fait progressivement à l’aide d’expérience, d’un vécu commun et d’un débriefing. À cette fin, il est essentiel, si l’on veut développer un enseignement basé sur l’apprentissage coopératif ou profiter des intelligences interpersonnels de son groupe, de proposer des animations coopératives comme le crayon collaboratifle parachute,…

Si ce thème vous intéresse, je vous invite à consulter les développements proposés dans l’onglet « ludique ».